Valérie Mercier
Valérie Mercier

La maltraitance

C’est le psychanalyste Sandor Ferenczi qui, le premier, a parlé de la maltraitance dans son article sur « la confusion de langue entre les adultes et l’enfant ». Il explique que la violence ou la passion sexualisée des adultes font effraction dans le psychisme de l’enfant qui n’a pas les moyens de comprendre ce qui arrive à son parent. L’enfant est dans une situation de dépendance qui l’oblige à se soumettre à ce qu’on lui inflige et il va chercher à comprendre ce qui se passe dans la tête de son agresseur en s’identifiant à lui.

 

L’enfant peut se forger un « faux-self », c'est-à-dire une personnalité de façade, qui s’adapte à la situation. Mais son moi est profondément blessé et meurtri, il a perdu toute confiance en lui et aux autres, ce qui l’empêchera parfois, à l'âge adulte, de réussir sa vie amicale et amoureuse, ou de s’investir dans ses études ou ses projets professionnels.

 

La violence reçue peut être retournée contre soi : la personne a un comportement de maltraitance envers elle-même ou incite l’autre à avoir un comportement maltraitant. Mais la violence peut aussi être reproduite dans les relations affectives, avec le conjoint ou les enfants, dans des moments de débordements émotionnels qui échappent au contrôle de la personne et qui génèrent ensuite de la culpabilité.

 

La thérapie peut aider à comprendre les mécanismes d’identification à la violence familiale afin de pouvoir s’en défaire. La colère ou la honte ressentie seront accueillies sans jugement et le travail corporel sera une aide pour exprimer toutes les émotions enfouies depuis l’enfance, dans le but de consolider la confiance et la sécurité intérieure.

Valérie Mercier

36 rue Yvon

94260 Fresnes

06 23 79 44 48 06 23 79 44 48

valerie.mercier@laposte.net

 

Consultation à mon cabinet ou à domicile.

Service d'urgence :

 

Urgences psychiatriques CPOA :

01 45 65 81 09 / 83 70

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Numéro SIRET du cabinet : 480 126 838 00014